EDITORIAL du 5 Juin 2013
par Salem Assli
(Directeur Technique de l'AFJKD et Kali)


Mon emploi du temps surchargé m'a empêché de travailler avec le web master pour mettre à jour le site de l’AFJKD et Kali. Maintenant qu’une équipe est mise en place, nous allons pouvoir l’actualiser beaucoup plus régulièrement.

Si l’année 2007 a été particulièrement riche en événements positifs pour le développement du Jeet Kune Do et pour la mémoire de Sijo Bruce Lee, tant aux USA que dans plusieurs autres pays, je pense que l’on peut d’ores et déjà annoncer que 2008 sera, tout comme le fut 1975, l’année Bruce Lee.

Lorsque j’affirmais que la popularité de Sijo Bruce Lee ne déclinerait pas, je ne m’étais pas fourvoyé. Dès lors qu’il apparaît sur la couverture d’un magazine, celui-ci se vend à plusieurs milliers d’exemplaires supplémentaires. Que peut-on en conclure ? Je pense que tout simplement, cela signifie que le monde dans lequel nous vivons a besoin de héros, de modèles. Je ne fais pas allusion aux finalistes de la Star Académie, mais aux vrais héros, sur lesquels tout un chacun peut se reconnaître. Il est certain que ce n’est pas du côté des politiciens qu’on les trouvera ! Les héritiers de Gandhi, Martin Luther King, Bob Marley, Voltaire, Zola, Georges Brassens, semblent être aussi rares que le diamant rose. Alors on va les chercher chez certains artistes, et il semble bien que ce soit eux qui soient (avec la femme) l’avenir de l’homme.

Tandis que la Chine se prépare pour les Jeux de Beijing (Pékin), la télévision chinoise a produit un feuilleton sur la vie et l’oeuvre de Bruce Lee, romancée, mais qui reste tout de même un évènement de taille.

Certains le savent, pour plusieurs raisons je me rends régulièrement en Chine (Chine Populaire, mais également Taiwan). J’avais reçu peu de temps avant l’un de mes voyages, un email d’un ancien élève qui revenait d’un séjour organisé en Chine, et qui m’écrivait que les jeunes là-bas ne connaissaient pas Bruce Lee. De plus, selon lui, Bruce aurait souhaité s’entraîner dans des écoles réservées à des élites et qu’il y avait été refusé. Bien sûr, une fois sur place, j’ai mené ma propre enquête (même si j’en connaissait déjà la conclusion). Figurez-vous qu’en Chine Populaire, je n’ai pas rencontré une seule personne qui ne connaissait pas Bruce Lee. Non seulement ils le connaissent très bien, mais il est considéré comme un héros légendaire. Il ne faudrait pas oublier qu’il est encore de nos jours, sans la moindre contestation possible, la première et la plus grande star chinoise internationale. Même si Andy Lau et Jacky Chan sont considérés comme des « demi-dieux » dans leur pays, Bruce Lee est le seul à posséder son étoile au firmament et elle brille toujours dans les mémoires. Cependant, les chinois (exceptés ceux de Hong Kong) le connaissent uniquement sous le nom mandarin de Lee Xiao Long (Lee le Petit Dragon). Ce n’est donc pas pour rien qu’ils ont réalisé cette longue série pour le petit écran. Connaissez-vous des personnalités sur lesquelles on a tourné une série de 40 épisodes? J’ai eu beau chercher, je n’ai pas trouvé ! Alors, les écoles secrètes qui ont refusé Bruce Lee… laissez-moi rire. Par courtoisie, je ne vous dirai pas ici ce qu’il pensait de ces fameuses écoles! Il y en a vraiment qui travaillent du chapeau! J’en ris encore en écrivant ces lignes ! C’est fou ce que les gens peuvent inventer comme idioties pour tenter de se singulariser.

Pour revenir à la Chine, depuis l’arrivée des communistes au pouvoir et l’interdiction de quasiment tous les arts martiaux, sauf quelques exceptions pour le Gong Fu Wu Shu, le Tai Chi Chuan et le Qi Quong, les chinois restent relativement à la traîne en matière d’arts martiaux et pour eux, le Jeet Kune Do et les arts philippins sont une totale découverte. Mais avec un milliard trois cent millions de Chinois, il va s'en trouver de bons éléments.

Nous avons eu la visite surprise de Robert Lee, le frère de Bruce Lee, qui venait rendre hommage à Sifu Dan Inosanto à notre Académie. Robert Lee, qui est à la base un musicien et un très bon chanteur (souvenez-vous les anciens, c’est lui qui a écrit les chansons « JKD » et « The Ballad of Bruce Lee »), est un supporter inconditionnel d’Inosanto. Après les cours du soir, nous sommes allés dîner en sa compagnie dans un restaurant thaïlandais, où il nous a expliqué les raisons de son départ pour la Chine. En fait, Robert a été mandaté par des hommes d’affaires chinois pour la création d’un musée à la gloire de son frêre Bruce Lee, en Chine Populaire. Vous avez bien lu ! Voilà qui prouve encore, s’il en était besoin, que Bruce est bien connu et reconnu là-bas.

Lors de ma première visite en Chine, j’ai également fait la connaissance de Jon Benn grâce à un ami commun. Si vous ne le reconnaissez pas, Jon a joué le patron de la mafia italienne dans le film « La Fureur du Dragon ». Il avait créé un café/musée Bruce Lee à Hong Kong, récemment revendu. J’ai d’ailleurs pu racheter la plupart des affiches originales des films de Bruce qui avaient servies à décorer le lieu. Jon m’a également dédicacé son livre « Remembering Bruce Lee » lors de mon passage chez lui. A plus de 80 ans, Jon se porte bien, il faut dire qu'il est toujours accompagné de charmantes jeunes filles, il m'a d'ailleurs présenté la championne de wu shu du Brésil qui était de passage en Chine.

J’ai appris que le N°33 du magazine « Commando » contenait un article intéressant de quatre pages sur la vie de Robert Paturel et sa contribution dans le monde des arts martiaux. Robert est l’un des artistes martiaux que j’apprécie le plus, de part son exceptionnelle ouverture d’esprit qui n’a d’égal que son talent, son humilité ou même son sens de l’humour. Il y en a tant qui, au sein même de son entourage, pourraient en prendre de la graine ! Voilà quelqu’un qui, malgré sa réputation, n’hésite jamais à donner crédit quand il le faut, là ou il le faut. Pas étonnant que Dan Inosanto l’apprécie tant.

Au sujet de Sifu Dan Inosanto, celui-ci a accepté que le magazine pour le développement du Fitness made in Russia « Hard Style », insère sa photo sur la couverture. Inosanto endosse les produits uniquement lorsqu’il a pu tester positivement leur efficacité. C’est le cas pour le travail aux kettlebell. Tous les mercredis, lorsque je suis à Los Angeles, je participe avec lui à son cours privé avec le russe qui a importé cette méthode aux USA, Pavel Tsatsouline.

En parlant de magazine, je ne sais pas si vous, qui recevez notre revue « Regards sur l’Inosanto Academy » en êtes conscients, mais nous sommes pratiquement les seuls qui faisons partie d’une association d’arts martiaux qui permet à ses membres d’avoir, en plus de leur licence et des avantages qui l’accompagnent, une revue. Même l’Inosanto Academy n’en a pas, (ils ont arrêté au numéro 3). Nous en sommes au vingtième, et le vingt et unième est en chantier. Le seul que je connaisse qui produit une revue sur le JKD et son fondateur est Yori Nakamura, du shoot wrestling, pour son association JKD au Japon. Chaque fois que je remet une copie à Sifu Dan Inosanto, il le trouve super et regrette de ne pouvoir en comprendre les textes. Mais nous allons faire le nécessaire dans un futur proche, pour que la revue soit également imprimée en anglais ; tout comme ce site, car cela va s’imposer. Quant à ceux qui désirent recevoir chez eux la licence et les revues « Regards sur l'Inosanto Academy », ils peuvent télécharger le formulaire d'inscription qui se trouve sur la page "Inscription/Registration" de ce site.

Quand à moi, j’ai eu l’honneur d’être en couverture du nouveau magazine espagnol « El Club de la Lucha » en Septembre dernier.

Comme toujours, nous recevons au bureau de nombreuses lettres de pratiquants qui souhaiteraient intégrer le programme des instructeurs. Encore une fois, s'il faut le répéter, il n'y a pas d’autre solution que de participer le plus souvent aux stages (particulièrement celui d’été) au cours desquels sont données les formations d'instructeur. Cela prend du temps, certes, car les matières à couvrir sont nombreuses, et peu ont la patience de travailler, de suer comme il se doit pour obtenir ne serait-ce que le premier niveau d'instruction. Ne vous étonnez donc pas que sous le programme de l'AFJKD et KALI, il n'y ai qu'à peine une dizaine d’enseignants dans le monde. Ne devient pas instructeur qui veut !

Si vous désirez étudier sérieusement le Jeet Kune Do, alors rejoignez le camp d'été au mois d'août. Vous trouverez les renseignements nécessaires sur la page correspondante.

Vous n’êtes pas sans savoir que le Jun Fan Gung Fu est une forme sans forme et un style sans style. Pour cette raison certains ont mal-interprété les propos de Sijo Bruce Lee et ses actions dans les arts martiaux comme dans sa philosophie.

Bruce n’aimait pas, en règle générale, les systèmes établis des arts martiaux. Il les trouvait trop rigides et souvent absent de toute liberté. Pourtant, même s’il avait dit un jour que les ceintures n’avaient de raisons d’exister que pour tenir le pantalon, Bruce Lee admirait chez les Japonais leur sens de l’organisation et le système de grades qu’ils avaient mis en place pour évaluer le niveau de leurs élèves. Dans les années 60, la fédération Française de boxe Française Savate à elle-même été influencée par le système Japonais afin de créer son propre système de grade; les gants de couleurs. Ce système se rapproche beaucoup plus de celui du jeet kune do, car afin de pouvoir s’élever en grade, l’élève doit non seulement connaître les techniques propres à son niveau, mais l’application en démonstration avec un partenaire en action, et en assaut libre avec contact contrôlé ou avec protection.

Bruce avait donc mis au point, un système similaire pour ses étudiants, et plutôt que de choisir un système de ceinture, il avait opté pour un système ou les niveaux ou phases de développement de l’élève se concrétise par l’obtention d’un grade (rank) sous la forme d’un yin-yang de couleur. Bruce abandonna le projet lorsqu’il quitta Los Angeles pour Hong Kong et qu’il ferma l’école de Chinatown. On peut cependant voir sur le diplôme d’enseignant en Jeet Kune Do de Dan Inosanto, un yin-yang de couleur rouge et or 3ème degré (le seul au monde).

Beaucoup de gens dans le monde des arts martiaux, sont à la recherche de grades et de diplômes, sans savoir que la vérité n’est pas dans leur accumulation. Ou encore, pour les moins conscient, le « nirvana » sera atteint lorsqu’ils auront acquis la ceinture noire, et de se fait, ils se rendent parfois compte que ce n’est pas cela du tout, et ils finissent par « perdre la foi » dans les arts martiaux. Pour cette raison la plupart de ces “artistes des arts martiaux”, lorsqu’ils ont atteint le niveau de ceinture noire, ralentissent l’entraînement et deviennent paresseux et obèse, souvent par manque de motivation.

Lorsque l’on devient un eternel élève, on évite ce genre de situation. J’ai donc pris la décision de réinstaurer le système de grade établis par Bruce Lee, avec une ou deux légère modification, en partie parce que la plupart des Occidentaux ne sont pas familier avec le Taoïsme. Le but étant de faire en sorte que chacun ait un objectif en vue, celui d’élever son niveau technique et sa compréhension des arts martiaux de Lee Jun Fan. Lors de mon dernier passage en France en Décembre 2007, certains élèves et instructeurs de l’AFJKD et Kali ont ainsi pu passer les premiers examens officiels en Jun Fan Jeet Kune Do.

J’ai également reçu un grand nombre de lettres et de courrier E-mail concernant mon livre sur les arts martiaux philippins qui devait sortir depuis plus d’un an déjà. La raison pour laquelle il n’est pas encore en librairie est tout simplement que des photos techniques restent à faire en studio et que nous avons eu de la difficulté avec Sifu Dan de coordonner nos emplois du temps avec en plus celui du photographe afin de se voir tout les trois, Cela devrait se faire fin Avril ou fin Mai et après cela, il ne restera plus que la production. J’espère donc pouvoir annoncer sa sortie pour cet été ou bien pour la rentrée de Septembre. Nous vous tiendrons au courant de la sortie de cette publication.

Un de mes élèves me faisait savoir, il y a quelques mois de cela, que certains individus mal intentionnés et dont le niveau de conscience est quasiment inexistant, s’amusaient à propager des rumeurs et des commentaires tout ce qu’il y a de plus ridicule à mon sujet sur des chat rooms ou leurs blogs minables. Bon déjà on sait d’où cela provient, mais personellement, cela ne me touche pas du tout, car ils ne m'ont jamais rencontré. J’éprouve plutôt de la compassion pour ces pauvres gens, dont leur seule heure de gloire est d’avoir leur nom inscrit de leur bave sur le bas d'un chatroom, qu'il n'ont même pas créé. Mais comme disait le philosophe, la bave du crapeau n'atteint pas la blanche colombe. Il est vrai j'admet, que ma présence n’est pour eux qu’un perpétuel reproche à leur médiocrité. En ce qui me concerne, sachez que je ne perd pas une seconde à lire ce genre de stupidités, mon cerveau n’est pas une poubelle. Les chat rooms sont pour la plupart du temps réservés à ceux qui n’ont aucun objectif et qui n’ont jamais rien réalisé dans leur vie. Ils feraient beaucoup mieux d’aller s’entraîner, et pas qu'aux arts martiaux. Aussi si vous avez un peu de respect pour votre personne, appliquez l’enseignement de Bruce Lee; croyez la moitié de ce que vous voyez, et rien de ce que vous entendez.

Finalement je voudrais parler de quelque chose de plus constructif et qui me tient particulièrement à coeur. Pour ceux qui sont abonnés à notre revue, souvenez-vous; je vous avais parlé de l’Algérie dans l’éditorial du N°19. Mais je m’adresse ici à ceux qui ne sont pas abonnés et qui liront ces lignes.

Lors de mon séjour en Algérie en Décembre 2006, j’ai vu des enfants, des adolescents et des adultes s’entraîner, dans certaines petites villes en dehors d'Alger, dans les pires conditions. Vous n’avez aucune idée. Je me répète et c’est volontaire : La plupart d’entre eux ne possèdent rien, et quand je dis « rien », c’est rien! Aussi, dans l’avion du retour, une idée m’est venue. Pourquoi ne pas leur envoyer l’équipement usagé dont nous ne nous servons pas? Cela pourrait encore leur être utile (vieux gants de boxe, gants de sac, chaussures de salle, pattes d’ours, sticks, etc.). Si ma proposition vous séduit et si vous souhaitez comme moi les aider à améliorer leurs conditions d’entraînement, alors envoyez ce dont vous ne vous servez plus, à l’adresse suivante: AFJKD et Kali (Algérie) 12 rue Montgolfier 59700 Marcq-en-Baroeul, si possible avant le 20 Mai 2008 (surtout n’envoyez pas d’argent bien sûr. Uniquement du matériel, usagé ou neuf si vous n’en avez pas l’usage). Vous pouvez les emmener au stage en France, pour ceux qui seront présents. Car je me rendrai en Algérie pour un séminaire juste après. Certains ont répondu et ont immédiatement envoyé du matériel. Merci à eux. Nous comptons sur votre gentillesse, votre conscience et votre générosité pour aider d’autres pratiquants du JKD, qui n’ont absolument pas comme vous les moyens d’avoir de quoi s’entraîner décemment. Par avance merci de leur part.

Il y a d’autres projets en préparation, particulièrement en France, mais également aux Etats Unis, sans oublier la Chine qui pousse derrière.

Salem Assli

: afjkdetkali@yahoo.com.

.